Michael Goetze et Jampal Williamson forment le duo australien à l’origine de Salty Wings. Il se sont spécialisés dans la photographie aérienne. Bien qu’ils n’aient contracté le virus des drones que depuis un peu plus d’un an, ils se sont très vite imposés comme des experts de l’imagerie marine aérienne. Ils doivent leur réussite à leurs préparatifs méticuleux et à leur volonté de produire des images d’exception, ainsi qu’à la solidité du partenariat qui les unit.

Michael et Jumps ont accompagné notre équipe et celle du magazine Tiny Atlas Quarterly dans un voyage à Tahiti. Ils reviennent sur leurs débuts et leur formidable ascension.

Pouvez-vous nous parler du duo que vous formez et de votre rencontre ?

Jampal Williamson : Je m’appelle Jampal, mais tout le monde me surnomme Jumps. Avec Michael Goetze, nous dirigeons Salty Wings. Nous partons à la recherche de lignes de rivage et photographions celles que nous trouvons particulièrement belles. Telle est notre mission depuis un an environ.

J’ai fréquenté le même lycée que Michael, mon aîné de cinq ans. Nous nous sommes perdus de vue pendant cinq ans, avant de nous retrouver lors d’une soirée. À l’époque, Michael vivait dans une vieille voiture, au fin fond d’une exploitation viticole, et pratiquait assidument le surf. Nous partagions une passion commune pour la photographie ; nous nous sommes donc mis à mitrailler de concert, et avons eu l’idée de vendre nos clichés.

Comment travaillez-vous ensemble ? Et lorsque vous réalisez des prises de vue sur deux drones différents, comment assurez-vous la cohérence des images finales ?

Michael Goetze : Je pense que nos styles et notre perception du résultat final sont très proches, raisons pour lesquelles notre collaboration est si fructueuse. La plupart du temps, nous sommes d’accord sur l’aspect que doit revêtir un projet au final. Au départ, nos centres d’intérêt divergent. Nous réalisons donc nos prises de vues chacun de notre côté, et nos contenus respectifs sont, par conséquent, sensiblement différents. Mais sur le plan collaboratif, nous excellons et décidons ensemble ce qu’il faut produire.

J’ai davantage l’esprit d’entreprise, c’est quelque chose qui me démange. Exploiter un site de commerce électronique et connaître les ficelles du métier de la photographie, ce sont là des défis qui m’intéressent vraiment. Jumps est, quant à lui, davantage passionné par la création. Nous avons des points forts dans deux domaines différents, alors à nous deux, nous couvrons les volets gestion et création.

Pourquoi les voyages sont-ils importants pour vous, à la fois sur le plan créatif et professionnel ?

MG : J’adore les loisirs – il n’y a rien de mieux que de découvrir de nouveaux endroits, rencontrer de nouvelles personnes, et la photographie est le meilleur moyen de pratiquer ce loisir. Je déteste me retrouver coincé quelque part !

JW : Les voyages font travailler l’esprit en permanence. Chaque endroit fait naître une émotion autre. Vous vous rendez sur un site magnifique qui vous fait ressentir quelque chose de particulier, puis visitez un autre endroit qui vous fera éprouver quelque chose de totalement différent. À mon sens, une dépendance s’installe.

Quel avantage y a-t-il à proposer vos images sur une banque d’images ?

JW : Étant donné que je voyage énormément, je photographie et travaille assidûment. Lorsque je suis en déplacement, mes photographies étant sur Fotolia, elles travaillent pour moi ; j’ai donc tout loisir de me recentrer sur la discipline dans laquelle j’excelle : la création.

AS : Salty Wings est réputé pour ses images aériennes d’océans. D’où vient cette fascination pour le milieu aquatique ?

MG : J’ai grandi en Australie-Occidentale, à proximité de la plage, où je me rendais constamment pour me baigner. La chose qui importe le plus, à mes yeux, c’est d’être proche de l’océan. Il est donc tout naturel que je sois attiré par l’océan pour mes photographies. Tout ce que je souhaite, c’est être à proximité de la mer, pour profiter du surf et des eaux limpides.

Et en ce qui concerne la photographie par drone ?

JW : Lorsque je photographie, je suis en quête de vues inédites. Avec la photographie aérienne, vous pouvez immortaliser un paysage de manière surréaliste puisqu’une seule image peut contenir une foule d’éléments. À partir du moment où vous emportez des drones dans vos bagages pour réaliser des photographies aériennes, vous êtes en mesure de saisir la véritable signification d’un lieu.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui débutent avec des drones ?

MG : Maîtrisez l’environnement avant de réaliser des prises de vues. Pratiquant le surf, je sais parfaitement à quoi ressemblent des conditions satisfaisantes. C’est quand les conditions sont idéales pour le surf que l’océan présente généralement le plus d’intérêt. Lorsque les vents sont au large, la mer est d’huile et reflète une belle lumière.

JW : Lorsque je photographie, je suis en quête de vues inédites. Efforcez-vous de photographier des choses exceptionnelles et travaillez-les. Déplacez votre drone, opérez des cadrages vers le haut et le bas, réalisez des prises de vues à 45 degrés en plongée verticale de paysages, d’horizons. Bougez et efforcez-vous de photographier sous tous les angles.

See more stunning images from Salty Wings on their Instagram and on Fotolia.