La photographe et artiste numérique Jane Long, de Brisbane en Australie, a séduit les médias du monde entier avec sa série de photos Dancing with Costică. Son habileté à créer des photomontages à partir d’archives photo roumaines datant de 1930 lui a valu des articles dans de nombreux médias, donc ABC News, Daily Mail, PetaPixel et BuzzFeed.
Nous l’avons interviewée sur cette série de photos et sur son parcours d’artistique numérique.

Comment décririez-vous votre style ? Où trouvez-vous votre inspiration ?
Une des choses que j’aime faire passer à travers mes images est un sentiment d’ambiguïté. Pour moi, le monde n’est pas noir ou blanc, et je suis émue par les questions de justice sociale. Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être, rien n’est jamais simple ! Quant à l’inspiration, les sources sont nombreuses. Dans le cas de la série Dancing with Costică, l’image originale s’imposait parfois d’elle-même, d’autres fois l’inspiration provenait d’ailleurs et je partais à la recherche d’images pour réaliser mon projet. J’ai pu aussi être inspirée par des émotions personnelles, une musique ou d’autres formes d’art.

sweetheart-ba-lr

Vous vous décrivez comme une « autodidacte » qui a adopté cette discipline il y a plus de 20 ans. Qu’est-ce qui vous a inspirée dans la création numérique ?
Ce fut une progression lente, du moins au début. Je travaillais dans un bureau d’imagerie lorsque j’ai découvert Photoshop au début des années 90. À ce stade, je traitais surtout le travail d’autres personnes, mais quand nous étions plus au calme, j’arrivais à jouer et à davantage expérimenter. Plus tard, j’ai lancé mon propre business et j’ai travaillé avec une graphiste très talentueuse qui s’appelle Helen Dean et qui m’a appris presque tout ce que je sais sur la conception graphique.
Ce sont encore des principes de conception fondamentaux auxquels je fais appel quand je crée des œuvres numériques. Finalement, j’ai découvert des sites comme DeviantArt où il y a beaucoup de tutoriels et de gens qui aiment partager les infos et les idées. Et je voulais aussi plus de contrôle sur les visuels de banques d’images dont je me servais, j’ai donc découvert la photographie en général. Chaque étape m’a permis de mieux m’exprimer.

All Hands on Deck

Comment votre travail personnel se différencie-t-il de votre travail commercial ?
Pour le moment, je ne fais pas vraiment de photo commerciale. J’ai encore quelques clients de longue date dans mon business de designer graphique, qui est très différent de mon travail personnel. J’ai dans l’idée d’ouvrir une activité de portraitiste, mais je n’ai pas trouvé un lieu vraiment adapté pour le moment et je suis beaucoup plus intéressée par des images où je peux ajouter un élément “irréel”.

farewell-1-ba-lr

Votre série Dancing with Costică vous a permis d’acquérir une renommée internationale. Comment avez-vous découvert les photos intrigantes, belles, mais parfois aussi troublantes d’Acsinte ?
Ça s’est fait totalement par hasard ! Je cherchais des images du domaine public que je pourrais utiliser pour m’entraîner à restaurer et à coloriser quand je suis tombée sur l’archive Flickr. Deux images, en particulier, ont attiré mon attention – le jeune couple de “Fresh” et la petite fille de “Innocence”.
Le jeune couple semblait être un couple multiracial et comme la pratique était d’être très sombre sur les photos de l’époque, j’ai pensé qu’ils avaient l’air un peu triste. J’ai pensé aux difficultés qu’engendrent les clivages raciaux encore aujourd’hui, et je me suis dit que cela devait être encore plus dur dans la Roumanie des années 1930. C’est un jeune couple amoureux, ils devraient être heureux !
La petite fille de “Innocence” m’a tout de suite interpellée, car je ne savais pas si elle était heureuse ou triste, gentille ou méchante. Cela m’a juste pris un peu plus de temps pour développer le concept pour elle.

fresh-lr-ba.jpg

Et ensuite, qu’est-ce qui vous a inspiré pour les utiliser comme base pour la série ?
En partie la période et la communauté dans laquelle les images originales ont été prises. À certains égards, ils sont proches de nous, mais à d’autres égards nos modes de vie sont très différents. Il y a aussi une cohérence dans ces archives, ce qui m’a vraiment plu. La grande majorité des images sont prises dans le même studio, avec le même décor et le même éclairage, ce qui n’est certes pas inhabituel pour un photographe individuel, mais est, je pense, assez rare dans des archives publiques.

Pouvez-vous nous expliquer vos principales techniques pour transformer les images ?
D’abord, je restaure l’image en noir et blanc avec des techniques conventionnelles comme le réglage Courbes et des outils tels que le Tampon de duplication et le Correcteur. Parfois, j’utilise la séparation de fréquences pour traiter les zones les plus délicates, mais ce n’est pas toujours très réussi sur des images en noir et blanc comme ça l’est avec la couleur. Puis je colorise les images avec une série d’au moins deux calques pour chaque couleur. Parfois, au lieu d’une couleur unie, j’utilise un motif ou un fichier de texture pour donner à la couleur une certaine variation. Après cela, je commence à composer l’image et à créer l’histoire. J’essaie autant que possible de photographier mes propres arrière-plans et accessoires pour garder le contrôle de l’éclairage, de la perspective, et respecter le droit d’auteur. Quand je suis contente de la composition finale, je rajoute par-dessus une série de couleurs toniques et de textures, en masquant toutes les parties de la peau et les endroits où la retouche est trop évidente.

corvo-lr-ba

Avez-vous une image favorite dans cette série ?
“Innocence” et “Underneath” sont, pour moi, les images les plus fortes de la série, jusqu’à présent. Ces deux images tirent parti des originaux autant que de mon histoire. Je voudrais pouvoir pousser un bouton pour que mon esprit aille dans cette direction à chaque fois, malheureusement, je ne l’ai pas encore trouvé ! Peut-être que ces images interagissent mieux avec leur environnement.

Fetiță

Fetiță

Underneath

Pour vous, en tant qu’artiste, quel est le plus grand apport des outils comme Photoshop ?
Ha ha… le bouton Annuler, assurément ! Pour avoir un niveau de contrôle au-delà des limites de votre souris ou de votre coordination œil-main !

Quels sont les éventuels challenges auxquels vous avez dû faire face en tant que designer et comment les avez-vous surmontés ?
D’un point de vue technique, la définition de l’image est toujours un gros problème pour moi. Je viens récemment de changer d’appareil photo de sorte que mes propres images ont une meilleure définition, mais quand vous travaillez avec des images d’archives ou des images de microstock, vous êtes limités par la résolution de l’image source. Je suis vraiment paranoïaque dès qu’il s’agit d’agrandissement des images. C’est une habitude un peu old school, c’est vrai, mais je préfère une image de bonne qualité qu’une grande image !

Plus généralement, je pense être confrontée aux mêmes problèmes que tout designer travaillant sur une demande (bien que ce soit les miennes !), en essayant de créer à la fois quelque chose de solide et de signifiant ! Comme je suis mon propre client, je reste assez souple sur mes exigences ! Mais il y a des limites générales et elles m’aident aussi à maintenir un niveau de qualité et une certaine cohérence.

Je pense que vous devez vous faire un peu confiance pour créer quelque chose qui a du sens (je veux dire qui a du sens pour vous). Vous n’y parvenez pas toujours mais quand c’est le cas l’image résonne bien plus en vous.

Musica

Quelles sont les trois choses que vous avez apprises qu’un jeune créatif devrait savoir ?
Il n’y a pas de véritables raccourcis. Ce qui est génial a probablement réclamé beaucoup de temps pour être créé ! (Et vous vous sentirez mieux dans votre peau si vous le faites correctement !)

Apprenez les principes du design et de la photographie (et plus encore si vous le pouvez !). Les modes changent, mais pas la façon dont nous communiquons visuellement.

Parfois, il vous faut beaucoup de temps pour trouver votre chemin. Avec le recul, je souhaite avoir plus confiance en moi et en mes capacités.

Explorez l’univers de Jane Long sur son site web et sa page Facebook. Pour en voir plus sur les archives photo de Costica Acsinte, rendez-vous ici.