D’ici fin 2016-début 2017, la consommation de vidéos sur smartphones et tablettes devrait faire jeu égal avec celle sur ordinateur. C’est l’un des principaux enseignements d’une récente étude, conduite par Adobe, consacrée à la consommation de contenus vidéo sur mobile et à l’impact de cette nouvelle tendance auprès des publicitaires.

Pour étayer son propos, l’équipe d’Adobe Digital Index a analysé plus de 214 milliards d’impressions publicitaires, 201 milliards de lancements de visionnage vidéo en ligne, et quelque 100 milliards de visites sur des sites Web. L’étude révèle aussi qu’entre le 1er trimestre 2014 et le 1er trimestre 2015, l’exposition des consommateurs aux publicités sur mobile a progressivement dépassé celle sur ordinateur, avec une augmentation de près de 40 %.

Un potentiel publicitaire énorme pour les vidéos sur mobiles, donc, mais largement sous-exploité. D’après une étude de l’Interactive Advertising Bureau aux États-Unis, le mobile représenterait, en effet, actuellement moins de 10 % des investissements publicitaires, loin derrière la TV, Internet (sur ordinateur), le print et la radio. Ce déséquilibre flagrant devrait inciter les publicitaires à revoir leurs priorités.

Adobe estime que les investissements publicitaires sur mobiles, relativement faibles aujourd’hui au regard de leur potentiel et du temps passé par le public sur les petits écrans de poche, devraient croître de manière substantielle dans les années à venir, notamment en Europe, en captant une partie des investissements publicitaires télévisés.

Utiliser la vidéo comme outil narratif et vecteur d’engagement client, l’idée n’est certes pas nouvelle, elle est même très en vogue aujourd’hui auprès des spécialistes de l’e-marketing. L’étude d’Adobe met cependant en valeur le potentiel et les avantages de la publicité vidéo sur mobile, comparée à la publicité télévisée. Sur mobile, les commerçants ont par exemple la possibilité de mesurer plus finement l’impact de leur campagne, mais aussi de diffuser des vidéos différentes à des publics ciblés.

La banque d’images Fotolia, qui a rejoint la famille Adobe début 2015, accompagne déjà cette tendance. Fotolia propose près d’un million de clips vidéo pour illustrer tous types de projets créatifs. Chaque clip, d’une durée de 5 à 60 secondes, est téléchargeable en différentes définitions, et grâce aux licences libres de droits, la vidéo peut être diffusée dans le monde entier et sur les réseaux sociaux sans frais supplémentaires.

Et les prix et la qualité de ces vidéos sont exemplaires. Comme ce fut le cas il y a quelques années pour la photo et les illustrations, de nombreux studios de production de films de renommée mondiale viennent régulièrement grossir les rangs des contributeurs de microstocks. Vidéos de voyages, destinations de rêve, vues aériennes spectaculaires, clips lifestyle, mannequins professionnels, animations 3D… de superbes catalogues de vidéos sont aujourd’hui accessibles à des prix très abordables (de l’ordre de quelques euros le clip en définition réduite pour le web).

À titre d’exemple, découvrez ci-dessous le clip “Rise” réalisé à partir d’une trentaine de vidéos tirées du catalogue Fotolia.

https://www.youtube.com/watch?v=YnQNWgB-2Tg

Rendez-vous sur le site CMO.com pour lire l’intégralité de l’étude (en anglais) d’Adobe Digital Index. Si vous êtes à l’affût des dernières tendances du marketing numérique, suivez également la version française du Digital Marketing Blog Europe d’Adobe.

(Photo d’ouverture : © XCID – Fotolia)