De la même manière que le numérique bouleverse déjà la photographie de notre XXIème siècle, l’avènement du petit format transforma le XXème siècle en rapprochant la photographie de l’actualité. Nous avons tous en tête des images qui ont symbolisé le XXème. Toutes ces photos n’auraient pu être prises sans la révolution du petit format.

Si la photographie du XXème siècle a été marquée par le passage au petit format, la réduction de la taille des appareils photo fut lente. A la fin du XIXème siècle, les grandes dimensions des négatifs empêchaient de fabriquer des appareils plus petits. Et l’on ne pouvait réduire les négatifs sans passer par un agrandissement, ce qui était impossible sans une perte significative de qualité. Il fallut donc améliorer la qualité de procédés photochimiques.
Au fur et à mesure qu’augmenta la qualité des émulsions, il fut de plus en plus facile de réduire la taille des appareils. Cependant, les premiers appareils transportables étaient loin d’être de « petits formats ». Selon les historiens, la création du petit format est l’œuvre de George Eastman avec le Kodak #1, le premier modèle de la célèbre marque, produit dès 1883. Mais plus généralement, on estime que le concept de petit format ne s’applique qu’à partir des appareils qui permettaient des clichés instantanés en lumière naturelle.
L’amélioration de la qualité des films permis l’avènement du photojournalisme dans les années 1920 avec deux appareils mythiques, l’Ermanox de 1924 et le Leica 35 mm de 1925. Ces deux appareils permettaient de prendre des instantanés en extérieur mais ils utilisaient des négatifs différents. L’Ermanox possédait un négatif rigide de 6 x 4,5 cm tandis que le Leica utilisait le premier film 35 mm dans un appareil photo. C’est ainsi que Leica remporta la bataille commerciale contre l’Ermanox, dont la production fut d’ailleurs arrêtée en 1931.
L’histoire du Leica a commencé bien avant les années 1920, elle débute en réalité en 1905 lorsque l’ingénieur en chef de l’entreprise alors spécialisée en lentilles optiques, Oskar Barnack, eut l’idée d’utiliser du film de cinéma 35 mm comme pellicule photo. En faisant défiler la pellicule horizontalement, il créa le format 24 x 36. Il fallut malheureusement attendre vingt ans pour que le prototype d’Oskar Barnack soit commercialisé, le temps que l’amélioration des procédés photochimiques permettent d’agrandir une image depuis le 24 x 36 sans perte de qualité.
1925 fut également l’année où fut créé le premier flash électronique par l’allemand Paul Vierkötter. Cela permit de remplacer les encombrants flash au magnésium par des flash à ampoule. Le gain de temps, dans le transport, dans le temps de pause ou dans le temps de développement a guidé toutes les évolutions des techniques de la photographie au XXème siècle. C’est d’ailleurs cette même envie de gagner du temps qui a conduit à l’invention du Polaroïd par Edwin Land en 1948. Dans sa première version, cet appareil à tirage instantané produisait une photo monochrome (sépia) en une minute.
La dernière évolution technique majeure de la photographie argentique eut lieu avec l’invention des appareils reflex à contrôle automatique. Ils permirent un dernier gain de temps décisif, au cours du réglage de l’appareil photo.
Dans notre époque numérique, la recherche technologique n’est plus la même, le gain de temps n’est plus l’obsession. De nouvelles possibilités s’ouvrent aux photographes, en termes de qualité des images, de facilité de stockage, de traitement. Tous les éléments sont là pour qu’une fois encore, la photographie prenne une place essentielle dans son siècle.
Crédit photo : gute alte kamera © Joachim Naas