Après les Etats-Unis, c’est au tour du Mexique et du Royaume-Uni de voir leurs citoyens porter plainte en masse contre le géant Apple. Le préjudice soulevé est toujours le même : l’iPod nano est trop fragile…

Il y a quelques semaines, une plainte collective (class action) était déposée auprès des tribunaux américains à l’encontre d’Apple pour avoir commercialisé un produit jugé bien trop fragile. L’iPod nano souffre en effet de nombreux défauts dus, pour la plupart, à une trop faible résistance de ses composants aux aléas d’une utilisation pourtant classique de l’appareil.
La plainte collective des américains a semble-t-il donné des idées aux habitants du Mexique et du Royaume-Uni qui viennent de saisir une district court de la Californie pour que soit reconnu leur préjudice. Ils affirment que la firme a décidé de la commercialisation de l’iPod nano alors même que les ingénieurs soulevaient de graves problèmes de fragilité de l’écran.
Ce nouveau rebondissement de l’affaire offre aux clients non américains l’espoir de se voir indemniser pour le préjudice subit (les Français et Européens ayant acheté un iPod nano pouvant se joindre à la plainte déposée).